Témoignage

M. Jean-Marc MOGLIA
habitant et maire d'Andé

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

Jean-Marc MOGLIA, habitant et maire d'Andé
[00:30] J'ai choisi d'habiter en bord de Seine à Andé à l'époque et d'avoir un terrain au bord de l'eau justement pour avoir le bateau. C'est uniquement une navigation plaisir. Vous savez qu'on a beaucoup de mariniers qui sont installés ici à Poses, jusqu'à Saint-Pierre-du-Vauvray, etc. qui en débarquant, quand ils arrêtent leur métier, ils ont cherché des maisons au bord de l'eau pour pouvoir rester en contact avec l'eau. Ces gens-là m'ont donné aussi envie, quand on parle avec eux de naviguer. Moi j'ai un petit bateau là, qui fait 8m70, presque 9m en fait, avec couchette, ce qui permet de dormir à bord, j'ai une douche et des sanitaires, ça permet d'être un peu mieux installé. Le petit coin cuisine qui permet de se faire un peu à manger, avec le gaz. Quand on habite un coin comme ça chez nous, on n'a pas besoin d'aller en vacances bien loin, hein... On est en vacances toute l'année en fait. Pour faire ce que je fais aujourd'hui sur la Seine, Je n'ai pas besoin de ce genre de bateau, je pourrais en avoir un plus petit... C'est paradoxal, j'ai un ami qui avait acheté une maison par ici, et qui a fini par la revendre : il était gêné par le bruit des péniches et des pousseurs. Parce que effectivement il y a beaucoup de péniches qui passent. Il finissait par être gêné et donc il a revendu sa maison pour s'installer ailleurs (un peu plus loin, juste à côté). Il faut toujours être très attentif, aussi bien devant que derrière, parce que j'ai un ami qui m'a fait découvrir un peu, qui est décédé maintenant, mais qui avait ce qu'on appelle une pénichette. Et il a été percuté par une péniche. Probablement une faute d'attention de sa part : les grandes péniches, quand elles arrivent, elles ne vous voient pas forcément. Normalement elles ont la priorité. Donc il a pris la péniche, sa pénichette a coulé, et coup de chance, il avait 6 ou 7 personnes âgées, voire très âgées à bord, à qui il faisait faire une balade, il n'y a pas eu de mort, il n'y a pas eu de blessé, tout le monde est tombé à l'eau et heureusement il y avait des plaisanciers sur le bord qui ont mis une barque à l'eau immédiatement et qui sont venus récupérer les pauvres gens qui étaient en train de patauger. Il n'y a pas eu de blessés, une grosse frayeur. Et sa péniche a été perdue. Elle a été frappée par l'arrière, elle a coulé tout de suite. [03:21] Je vais vous parler surtout de ce que je connais le mieux, à savoir Andé. On n'a pas de maisons qui sont menacées depuis que je suis là, je n'ai pas connu vraiment de maison menacée par les crues. Parce que les maisons, même celles qui sont en bord de fleuve, elles sont quand même construites dans la pente et au dessus du niveau de crue. Donc souvent ce sont des jardins, des terrains qui sont inondés, rarement les maisons. J'ai une maison qui a de l'eau dans son sous-sol lorsqu'il y a une crue un peu forte.Et c'est un sous-sol. Donc globalement on n'a pas de grande grande nuisance, par contre le plus ennuyé c'est peut-être le paysan, qui lui a des champs qui sont inondés longtemps. En 2016, on a eu la crue au mois juin qui était assez exceptionnelle, qui a duré longtemps, ça a surpris tout le monde. Mais oui, on n'a pas eu de dégâts dans les maisons. Dans les terrains mais pas dans les maisons. Et là on vient d'avoir la dernière crue de février, qui était assez forte, assez importante, et qui a surtout longtemps, ce qui fait que nos terrains en bord de Seine sont restés das l'eau très longtemps et la végétation qui était au bord a disparu, parce que les plantes ont été asphyxiées par l'eau qui est restée plusieurs semaines. Et chez moi j'ai mis une borne à l'endroit où elle est montée au plus haut : c'est la première fois que je la voyais monter aussi haut. Depuis 25 ans que je suis dans ma maison, c'est la première fois que je voyais l'eau aussi haut dans le terrain. Donc c'est assez exceptionnel. Paradoxalement, les maisons que l'on voit ici par exemple, à hauteur de Connelles, qui sont presque au bord de l'eau, on voit bien que si l'eau monte d'1m, 1m50, on peut se dire qu'il va y avoir de l'eau dans les maisons : non, parce que la proximité du barrage fait que c'est régulé. C'est régulé par le barrage, donc l'eau ne monte pas beaucoup plus haut, même en période de crue, que ce qui est là. Le village de Poses, qui est très plat, pratiquement au bord de l'eau, il n'y a pratiquement pas de maison dans l'eau quand il y a une forte crue, parce que c'est régulé par le barrage. Donc ils sont toujours à peu près au même niveau. Donc ces maisons ne sont pas menacées, alors que chez nous à Andé elles pourraient l'être un peu plus, à Saint-Pierre-du-Vauvray par exemple dans l'île cet hiver là au mois de février, il y a eu de l'eau qui est venue dans les jardins, les maisons ont été cernées par l'eau. L'eau est variable, ça peut monter... chez moi à la dernière crue, elle a monté de plus de 2m. Quand on connaît la largeur de la Seine à cet endroit-là, on imagine le nombre de mètres cube d'eau qu'il y avait, qui s'est répandue. Oui elle était à plus de 2m du niveau normal où elle est là aujourd'hui par exemple. Mais ici ça ne s'est presque pas vu, à a hauteur de Connelles ça ne se voit presque pas, parce que c'est régulé par le barrage.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Andé
Connelles
Poses
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
1980 à nos jours


Thématiques
Batellerie
Crues, inondations
Loisirs
Navigation


Voir aussi
Témoignage de M. Patrick GOGOL, habitant de Connelles

Retour  en haut