Témoignage

M. Michel NATIER
conservateur du Musée de Louviers

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:19] Donc Michel NATIER, conservateur du musée de Louviers. Nos collections ont cet intérêt d'avoir un spectre assez large, c'est une collection encyclopédique : ça va de la peinture, de la photo, de l'archéologie, de l'ethnographie... On balaie à peu près tous les domaines de la conservation. Avec un point fort sur les Beaux-Arts. Et aussi, ce qui pèse très lourd dans nos collections, c'est la faïence, avec plus de 1500 pièces. Concernant le rapport du musée avec la région, l'Eure et le fleuve la Seine (on est évidemment dans cette Agglomération Seine-Eure où la rivière et le fleuve sont importants) sont très bien représentés dans nos collections. On a notamment la collection de peintures, surtout sur le legs Constant Roussel. C'était un collectionneur qui habitait à Saint-Pierre-du-Vauvray, il avait une petite galerie à Saint-Pierre, où il entretenait même une colonie d'artistes qui peignaient sur les bords de Seine. Alors, tout ça, c'est dans l'esprit de l'Impressionnisme. Les artistes venaient peindre sur les bords de Seine parce qu'ils avaient été intéressés du fait que Claude Monet, que Sisley, que tous ces artistes-là étaient vraiment les grands peintres de ce fleuve entre Paris et le Havre. Donc toute une colonie d'artistes travaillait dans la région. Et nous avons dans nos collections beaucoup d’œuvres qui viennent du legs Constant Roussel et qui montrent justement les bords de Seine, de l'Oise à la Seine-Maritime, on a vraiment pas mal d’œuvres intéressantes. Nous avons eu l'occasion de présenter une partie de cette collection lors de Normandie Impressionniste, puisque nous participons depuis le début du festival, depuis 2010, à Normandie Impressionniste. Donc en 2013, le thème était l'eau, donc c'était le moment justement de sortir nos œuvres et toutes ces œuvres qui ont rapport avec les bords de Seine. Et l'Eure, mais surtout les bords de Seine. Donc on avait présenté quelques toiles de nos collections de l'Ecole de Rouen, notamment Lemaître, et puis des toiles d'artistes de cette fameuse colonie d'artistes qui étaient entretenus par Constant Roussel, qui travaillaient sur les bords de Seine entre Andé, Saint-Pierre-du-Vauvray, Tournedos, Poses, tout ce secteur était tout à fait bien représenté en peinture. Donc on a présenté une trentaine de tableaux de nos collections, sur le thème de l'eau. Donc forcément, qui parlaient des bords de Seine bien entendu. On a édité, à l'occasion de ce festival Normandie Impressionniste, sur le paysage d'eau, par exemple ces tableaux d'Ernest Baillet. C'est vraiment dans cette idée très influencée par l'Impressionnisme. Alors on est tout à fait fin XIXe - début XXe siècles. Puisque la collection legs Roussel date de 1904, c'est-à-dire que tous les tableaux qui sont rentrés dans les collections sont forcément antérieurs à 1904. On est dans cette période 1880-1900. Dans une mouvance impressionniste. Ce sont des artistes qui ne sont pas forcément tous catalogués Impressionnistes, parce que les Impressionnistes, il faut savoir que ce sont des peintres qui ont réellement exposé entre 1874 et 1886 dans une des Expositions Impressionnistes. Il y a beaucoup d'autres peintres qui travaillent dans cette idée d'impressionniste mais qui ne sont pas forcément repérés comme tels, mais néanmoins qui ont un vrai travail impressionniste sur la lumière, sur la façon de traiter le paysage. Par exemple Carl-Rosa, qui est un artiste connu qui fait partie de cette mouvance impressionniste. Eugène Clary par exemple aussi, qui fait un très beau travail où on peut retrouver les idées des Impressionnistes, par exemple traiter les ombres en violet au lieu de traiter ça avec des marrons ou des noirs, il utilise la palette impressionniste, comme on peut le voir sur ce détail-là de tableau. Des artistes qui ont traité vraiment les bords de Seine, hein : là on reconnaît très bien le paysage local du côté de Poses, avec les coteaux de la Seine qui sont bien reconnaissables. Notre collection de peintures est vraiment à l'image de l'Agglo, on va dire du Pays de Louviers, mais on n'a pas une collection qui parle tellement plus de Louviers que du reste. C'est-à-dire qu'on va vraiment avoir une collection de peintures qui va montrer beaucoup plus le paysage d'un pays, du Pays de Louviers on va dire, plus que de Louviers intra muros, ça c'est important. [06:10] Alors notre collection, c'est de la peinture, c'est de la photo, c'est de l'archéologie. Par exemple, si on parle d'archéologie, on a dans nos collections des dépôts de fouilles qui proviennent de pratiquement toutes les communes de l'Agglo. Et de Louviers aussi... Ce qui fait que l'objet de Louviers, c'est peut-être le musée de l'Agglo... en réalité, si on se base sur la collection, sur ce que la collection nous raconte de notre région. [06:45] Alors évidemment dans nos collections on a aussi d'autres toiles plus anciennes, du XIXe, par exemple des toiles d'Emile Louis Minet, qui a peint des pêcheurs, donc on a certains tableaux comme ça qui sont intéressants plastiquement, et qui nous parlent de ce métier qui a disparu aujourd'hui de la pêche en Seine.

[07:15]
Les photographies de Paul Faugas

On a la peinture, mais on a donc les photos de Faugas, qui sont vraiment aussi exemplaires parce que Faugas, c'est un photographe amateur mais au XIXe siècle, être photographe amateur, ça n'a pas le même sens qu'aujourd'hui. C'est-à-dire que ce sont souvent des gens qui pratiquent la photo de façon artistique, qui ne se contentent pas d'aller photographier juste le bout de la rue comme ça pour faire de la photo, ce sont des gens qui prennent le temps d'aller faire des photos dans le paysage, parce qu'il y a une certaine lumière, parce qu'il y a une composition, il y a une vraie recherche picturale. Et Faugas fait partie de ces photographes, qui d'ailleurs a appris la peinture : il a appris la peinture avec un disciple de Corot donc il est vraiment dans cette mouvance esthétique du paysage. Et on a vraiment une très très belle collection de photographies fin XIXe : 1880-1905, qui traitent avec talent des bords de Seine et de l'Eure. [08:33] Donc ça ce sont des enfants qui prennent de l'eau. C'est L'Arrosoir. Ce sont des photos de Paul Faugas. Ce ne sont pas forcément des photos de bords de Seine, là on a par exemple une très belle image. Faugas était un photographe paysager qui faisait aussi de la peinture, et il s'intéressait à ce rapport de la photo et de la peinture. Dans plusieurs photos, on voit comme ça des chevalets... où il photographie la scène du peintre. Donc ça c'est une briqueterie, une fête foraine : une personne en train de préparer le repas. Donc ça c'est une drague. Et c'est une drague. C'est sur l'Eure, et au XIXe siècle, l'Eure était naviguée par des barques à fond plat donc il fallait de temps en temps draguer le fond pour que les bateaux puissent passer. Ça c'est cette même drague : on voit au fond de l'image un train à vapeur qui passe. Donc ça, c'est à Louviers, et ce pont-là, ce qu'on appelle le pont noir. Ça c'est une image qui est vraiment très intéressante parce que, en fait, on a l'impression que les enfants qui sont en train de pêcher pêchent le dos à la rivière, mais en fait ils sont sur un petit bord de terre entre l'Eure et le canal. C'est une photo extrêmement... belle photo. C'est presque du Cartier-Bresson. Et Faugas avait, comme Cartier-Bresson, cette espèce d'intuition de faire des photos... il ne retouchait jamais ses photos, il ne les recadrait pas, donc d'avoir vraiment l'instant magique de la prise de vue, où tout est dit, tout est là au moment où on appuie sur le déclencheur. Il avait vraiment un œil, l’œil parfait du photographe.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Andé
Louviers
Porte-de-Seine (anciennement Porte-Joie et Tournedos-sur-Seine)
Poses
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
1850-1900
1900-1914


Thématiques
Archéologie
Art, cinéma, littérature
Crues, inondations
Eure
Histoire
Loisirs
Navigation
Pêche
Vie quotidienne


Voir aussi
Témoignage de M. Gilles LABROUCHE, habitant de Poses, hydrobiologiste et ingénieur en environnement

Retour  en haut