Témoignage

M. Jack REY
habitant de l'île du bac à Saint-Pierre-du-Vauvray

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:12] Je m'appelle Jack REY, j'habite 55, Île du Bac à Saint-Pierre-du-Vauvray depuis 1976. Je suis très heureux d'être là parce que je faisais du bateau et donc comme j'ai un ponton je peux mettre mon bateau à l'eau. Par contre, on a quand même des contraintes, c'est qu'on est dans une île inondable et il nous arrive parfois d'être inondés. Depuis que je suis installé à Saint-Pierre, on a connu trois inondations très importantes, puisqu'on est rentré chez nous en bateau dans notre maison. Bon, notre maison est surélevée, il n'y a pas de problème, mais ça cause quand même quelques dégâts un petit peu aux alentours. Y compris la pollution parce que la Seine qui remonte laisse des tas de déchets un petit peu dans nos cours et ça ne fait pas très très joli. Alors, les inondations, je connais parce que depuis que je suis arrivé à Saint-Pierre en 1976, on a eu trois inondations et à chaque fois qu'il y a une inondation, je préviens les voisins, les nouveaux voisins en disant faites attention : on va être inondé, il faudrait rehausser, rehausser cela. Quand je tombe sur des jeunes, les jeunes disent ah, le vieux, ceci, cela... Mais bon, finalement, j'ai raison, et je leur dis sortez vos voitures, mettez-les à l'entrée de l'île, il y aura un problème. Et finalement, à la dernière crue, c'est ce qui s'est produit, les gens n'ont pas sorti leurs voitures et ils ont été inondés. Enfin bon, sans trop d'importance mais nous, étant des anciens de l'île, on sait que quand ça commence à monter ça peut aller très loin et quand ça part, ça part... on ne peut pas l'arrêter, l'eau... c'est inévitable. Donc on fait tout le nécessaire pour ne pas avoir trop d'eau chez nous. Moi si vous voulez, j'ai un garage, j'ai des tables, eh bien je les remonte sur des parpaings, des trucs comme ça. La tondeuse, je la remonte sur des parpaings, pour dire elle ne va pas être inondée. Il y a des gens qui disent, oh non, non, non... seulement l'eau arrive, et là les assurances ne marchent pas hein. Ah non, Ils le disent bien : pas pour les tondeuses, tout ce qui est matériel. Tout ce qui est si voulez, qu'on ne peut pas éviter d'enlever... mais tout ce qu'on peut enlever. Si vous avez une table dans votre garage et que vous la laissez par terre, ça ne marche pas. Mais c'est normal, puisqu'on le sait. On sait quand on va être inondé : on on voit bien, nous on est en bordure de Seine, on voit la Seine monter, on dit bon, ça va être pour nous. Alors on écoute la radio, on entend qu'à Paris ça a encore monté de 50cm, donc chez nous ça va arriver après, il n'y aura pas 50cm mais il y en aura 30 et ainsi de suite. On est prévenu, hein, on est habitué. Et quand on a acheté notre maison, on savait très bien que sur l'acte de vente, c'était marqué vous êtes en zone inondable. C'est très sympa d'habiter dans une île, seulement il y a des contraintes. L'été c'est très agréable, l'hiver, on a le brouillard... Dans l'île, moi je suis du côté bras de Seine (il y a un côté bras de Seine et un côté Seine), du côté bras de Seine on du brouillard... On accepte. L'été bon, les enfants, tout ça, ça vient... ils sont contents. [03:45] En parlant pollution, je suis également trésorier d'une association qui s'appelle l'APURE (association de défense des berges). Tous les ans, on fait une petite manifestation pour ramasser en bordure de Seine tous les déchets plastiques et tout ça. C'est incroyable, c'est dingue tout ce qu'on peut ramasser. Alors on le fait une fois par an, c'est ce qui prouve qu'il y a une certaine pollution qui se fait et en plus, ce que je constate, c'est que habitant dans l'île, je vois souvent des gens qui vont à la Seine, une bouteille plastique, paf, ils la balancent,les déchets, ils balancent tout ça à la Seine. C'est pas une poubelle, la Seine ! Alors si vous voulez, on a constaté quand il y a des grandes crues, ça va sur les berges, donc on constate qu'on ramasse après, mais quand il n'y a pas beaucoup de crue, on voit bien après, ça reste dans les branchages en bas, il reste plein de sacs plastique, des tas de trucs. Le pire, c'est les cotons-tiges, c'est incroyable. [05:11] Je fais du bateau de 1976, quand j'ai acheté la maison. Ce que je déplore aujourd'hui, c'est qu'il y a de plus en plus de bateaux. La navigation est réglementée, et les bateaux passent de plus en plus vite. Les bateaux de plaisance passent à toute vitesse et alors ils arrachent les berges. On leur fait signe de ralentir, mais il n'y a rien à faire. Alors en plein été il y a des contrôles. Parce que partout où on passe où il y a des habitations, on doit naviguer à 5 nœuds. Mais ça ne se fait pas... Parce que, à chaque fois que passe un bateau, l'eau derrière, elle roule, elle roule, elle roule, et elle vient taper sur les berges. Bon, on ne peut pas demander aujourd'hui à VNF [Voies Navigables de France] parce qu'à VNF il n'y a pas d'argent. Ils disent non. Donc c'est nous qui devons faire nos berges, nos défenses de berges. C'est nous qui les faisons. Donc ça coûte relativement cher... Donc on essaye de dire aux plaisanciers (comme j'en suis un, plaisancier, mais quand moi je passe où il y a des maisons, je ralentis, je vais doucement). Et aujourd'hui, il y a de plus en plus de bateaux de plaisance qui naviguent. Alors moi, j'ai deux bateaux. J'en ai un ici, c'est un Arcoa, un 650, et j'ai un 950 en Corse (j'ai une maison en Corse). La Corse c'est autre chose, mais ici j'ai un 650, qui est amplement bien, même aujourd'hui si vous voulez, j'arrive à 80 ans, j'en fais de moins en moins. Heureusement que j'ai les enfants parce que moi je n'en fais plus, alors les enfants prennent le bateau, ils vont à droite et à gauche. Mais on est restreint quand même ici : on va à Poses, après Poses, on prend l'écluse, après au-dessus de Vernon on prend l'écluse, mais sinon c'est vite fait... On a l'habitude de faire ça. Les jeunes, ils viennent, ils font un peu de ski (ils vont aux endroits où on fait du ski parce qu'il y a des endroits réservés pour le faire). [07:27] Alors j'en vois des pêcheurs. Ils pêchent les silures. J'ai vu devant chez moi avoir sorti des poissons énormes, ils prennent des phots et tout ça, puis d'un seul coup, ils ne le tuent même pas, ils le rebalancent à l'eau comme ça. Je dis mince, c'est ridicule parce qu'un silure, il mange au moins 2 à 3kg de poissons par jour. Ah oui, c'est énorme. Des pêcheurs, il y en a trois ou quatre des vraiment mordus, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, ils sont là. Je ne sais pas s'il y a grand chose à pêcher Je ne suis pas pêcheur. La seine, on est en aval, et quand il y a du vent, on se trouve en amont... l'eau monte dans l'autre sens. Je dis à ma femme regarde : la Seine est dans l'autre sens. Alors que ça descend parce que, s'il n'y avait pas les barrages, la Seine ne serait pas navigable. Mais sinon c'est calme... Mais on constate quand même qu'il y a de plus en plus de gros bateaux qui circulent, des bateaux de transport, ça y va. Des conteneurs et tout. Tant mieux, hein, ça polluera moins les camions pour la circulation. Il y a X années, l'île était réservée aux mariniers. Mais beaucoup de personnes se sont dit ce n'est pas réserve uniquement aux mariniers, nous on peut acheter... alors untel a acheté, untel a acheté, et aujourd'hui les mariniers, dans l'île, sont en minorité. Et ça ne leur plaît pas trop parce que c'est quand même des gens un petit peu à part de nous. Quand on voit un marinier, bon, il n'a pas le même langage que quand on voit quelqu'un d'autre, ils se racontent ce qu'ils ont vécu sur l'eau... Et ils avaient toujours, dans l'île ou ailleurs, un petit bungalow ou autre, qui faisait une petite résidence secondaire. Mais aujourd'hui ça y est, dans l'île c'est terminé. Je crois qu'il reste encore deux ou trois mariniers, sinon maintenant ce sont des gens de l'extérieur, qui ont retapé les maisons. Aujourd’hui, nous sommes dans une zone inondable à grand risque, on ne peut plus construire. On ne peut même plus agrandir. Sauf 10m² pour pouvoir faire une salle de bain, etc. c'est tout, sinon, fini. Constructions, terminé.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Poses
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
Années 1970
1980 à nos jours


Thématiques
Batellerie
Crues, inondations
Développement durable
Navigation
Qualité de l'eau


Voir aussi
Témoignage de M. Jean-Christophe BRESSIS, ancien militaire de la Gendarmerie à la brigade fluviale de Grand-Quevilly

Témoignage de M. Alfred LEFEVRE, habitant de Saint-Pierre-du-Vauvray, ancien employé du domaine Renault à Herqueville

Retour  en haut