Témoignage

Mme Anne BERICHI
habitante de Saint-Pierre-du-Vauvray

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:12]
Je me présente, je m'appelleAnne, je vis ici avec ma petite famille depuis 2011. C'est vrai que c'est très agréable de voir les canards, la Seine... Quand on est arrivé, au début, on n'avait pas de tout-à-l'égout, vraiment. C'était rejeté dans la Seine. Donc ça c'était quand même impressionnant, et donc là maintenant tout est dans les normes, mais on a juste remarqué qu'on n'a plus les canards. On avait beaucoup de canards, et on ne voit plus de canards... Donc on voit toujours les cygnes, les cormorans... Des fois ça peut nous arriver le matin très tôt de voir des hérons, donc c'est vrai que c'est très nature, c'est très beau. Et on voit même en face des bœufs qui vont s'abreuver, enfin boire de l'eau de la Seine. C'est vrai que c'est toujours intéressant de voir toutes ces péniches passer... de plus en plus de bateaux de croisière aussi, on a constaté, on a remarqué ça. Et puis des des petits bateaux qui se baladent, des pêcheurs aussi, on a vu pas mal de pêcheurs en bord de Seine.

[01:18]
Villas des bords de Seine

Alors donc cette maison, quand on a décidé de l'acheter on a été séduits par son côté maison un petit peu style villa, et cette maison, quand on a eu l'acte de vente, dessus, c'était écrit "la Villa des Hirondelles". Donc c'était intéressant de savoir déjà qu'elle avait un nom... L'année : 1913. Et c'est comme ça qu'on nous a raconté qu'il y avait donc la Villa La Perle qui est la grosse maison. Il y avait trois autres maisons : la villa des Roses, la villa donc des Hirondelles, la nôtre, et une autre qui avait aussi un nom. Et c'était des maisons secondaires, des gens qui étaient sur Paris, qui venaient en train, qui venaient se baigner, boire un petit verre au Poisson d'Argent qui est juste à côté. Et ensuite on a appris que la villa La Perle, c'est devenu une sorte de pension de famille où les gens pouvaient dormir, séjourner au bord de l'eau. Il y avait beaucoup de pêcheurs à l'époque et les gens pouvaient se baigner. [02:25] "Les curieux jettent un œil d'envie aux nombreuses villas et résidences secondaires qui apparaissent au détour du sentier. La villa La Perle est à placer à part des autres car elle est devenue une pension de famille. On y organise des fêtes et bals costumés comme au 31. A l'occasion de l'Exposition coloniale, on fait ainsi écho à ce qui se passe dans la capitale." [02:48] Ce qui m'a plu aussi, c'est un peu la maison du voyage : on a les trains qui passent, on les entend. Donc c'est vivant, on a les bateaux, les péniches ou d'autres petits bateaux qui passent. Et puis à chaque fois au niveau du paysage, on a même les avions qui passent au-dessus de nous... et des montgolfières. De plus en plus de montgolfières. Même des hélicoptères. On ne s'ennuie pas à Saint-Pierre.

[03:13]
Crues et inondations

Ce que j'ai remarqué aussi depuis que je suis là, c'est qu'il y a eu deux crues. Donc il y a eu une première crue qui n'était pas très importante, où on a eu de l'eau par capillarité dans la cave, donc on le savait quand on avait acheté, puisque la maison justement était conçue en hauteur, mais qu'on avait des possibilités d'inondation de la cave, donc ça, on le savait, quand on a acheté on nous l'avait bien précisé. Cette maison a été construite après la crue de 1910, d'où la hauteur. Et on a remarqué aussi autre chose, c'est qu'on a eu quand même une autre crue, la fameuse crue que tout le monde connaît où on a eu vraiment là de l'eau. On avait beaucoup d'eau dans la cave, et de l'eau qui est arrivée juste devant la maison. Heureusement, la maison n'a pas été inondée et on a une entrée de l'autre côté avec une petite dépendance et un garage, donc ça nous a permis d'aller, pouvoir garer notre voiture de l'autre côté et d'avoir un passage. Donc ça, ça veut dire que c'est bien conçu. On n'a pas eu d'eau dans notre jardin alors qu'il y a eu beaucoup de jardins qui ont été vraiment inondés... Le stade, c'était une immense piscine, c'était très très impressionnant. D'ailleurs il y a eu pas mal de médias qui sont venus à Saint-Pierre parce qu'on n'avait pas vu ça depuis longtemps. [04:33] Et ce que je voulais dire, moi, ce qui m'avait rassurée dans cette maison, c'est qu'elle a été construite après la crue de 1910 donc pour moi c'était un critère : je n'aurais jamais acheté une maison au ras du sol, ou même sur l'île, parce qu'il y a l'île du bac qui était très très inondée, c'était très impressionnant. Mais c'est vrai que cette maison, déjà c'est une maison qui faite avec de la pierre, des beaux matériaux, solides, ça rassure toujours.05:00 Un décor de cinémaQuand j'ai travaillé au moulin d'Andé, c'était très intéressant parce qu'il avait la partie cinéma, et on m'a présenté Arnaud Gautier, qui a réalisé un film qui est sorti en 2013, L'âge de son retour. Et il cherchait un enfant. Donc c'est ma fille qui a eu un petit rôle, et puis ben moi, j'ai une phrase dans le film. Et il cherchait une maison, justement, dans le coin, et quand il a vu notre maison, il s'est dit bah c'est parfait pour le film. Donc en fait, c'était très impressionnant, ils ont filmé l'intérieur de la maison, l'extérieur, et ils ont été aussi au camping de Poses. Il voulait vraiment être dans le coin. Il est venu souvent écrire au moulin d'Andé et je pense que pour lui ça fait du sens pour ce film-là, que ça se passe dans le coin.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
1850-1900
1900-1914
Années 1950
1980 à nos jours


Thématiques
Architecture, urbanisme
Art, cinéma, littérature
Crues, inondations
Faune
Navigation
Pêche
Vie quotidienne


Voir aussi
Témoignage de M. Pierre CLEROUT, habitant et ancien maire de Saint-Pierre-du-Vauvray

Retour  en haut