Témoignage

M. Claude BOURGEAUX
collectionneur à Igoville

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:19] Bonjour, je suis Monsieur BOURGEAUX, habitant Igoville depuis 1973. Je collectionne sur les dix communes du canton, de nombreuses choses : sur la Seconde Guerre mondiale, sur tout ce qui est les événements des villages, toutes les revues de presse et ainsi de suite... pour pouvoir avoir la mémoire de chaque commune et de la région. Tout est classé par classeurs et par commune. Donc on peut retrouver des éléments par commune, ce qui est très important je pense. J'ai de nombreux objets, que ce soit de 1914-1918, de 1939-1945, de la Guerre d'Algérie, tels que des tenues d'époque de chaque conflit, des postes radio... tout un tas de choses : pour la guerre de 14-18, ce qui se faisait dans les tranchées, comment ils vivaient, les petits réchauds qu'ils avaient pour faire cuire leur popote et ainsi de suite. J'ai tout ça en stock, mais bon, maintenant je ne peux plus faire, vu mon âge je suis obligé de stopper pas mal de choses. Mais c'est vivant encore ! 01:42] Un éclat d'obus qui a été confectionné dans les tranchées pour faire un présentoir d'écriture. On peut mettre l'encrier, il y a les porte-plumes et il y a les coupe-papiers. Je participe à de nombreuses expositions, que ce soit dans la région de Dieppe ou par là dans la région, à Pîtres, au Manoir, à Igoville, à Alizay, pour montrer tout ce qui s'est passé dans la région. Et ça me permet de faire vivre mes collections personnelles, qui sont vastes, puisque ça va de la collection des pompiers, sur tout ce qui est sur les pompiers, tout ce qui est sur la Seconde Guerre mondiale, des revues de presse de toute la région... Ça nous permet d'être assez divers dans nos expositions. Expositions de Lego également, avec des montages... C'est quelque chose qui fait vivre chaque commune, et qui permet aussi d'être diversifié quand on fait une exposition. Ça c'est quelque chose d'important.

[03:10]
Le Manoir-sur-Seine : une enquête historique

Le Manoir-sur-Seine : une grosse exposition sur le Manoir-sur-Seine détruit pendant la guerre. L'église détruite, le village détruit. Et on a eu avec un ami de la région de Dieppe l'occasion de retrouver, grâce à une pièce qu'il avait récupérée pendant la guerre, qui nous a permis de retrouver un des avions qui étaient venus bombarder le pont du Manoir-sur-Seine. Suite à cela, mes amis ont fait des enquêtes, ont communiqué avec les ambassades, etc. On a retrouvé la véritable position de l'avion qui est venu bombarder, l'escadrille qui est venu bombarder le Manoir-sur-Seine et ce qui lui est arrivé malheureusement après, c'est-à-dire qu'il a été touché par la DCA allemande. Et il est tombé dans un petit village des environs de Dieppe, disons à une quinzaine de kilomètres de Dieppe, qui nous a permis de retrouver et du matériel et certaines choses, dont le système de guidage de l'avion, un morceau d'aile et également le sac d'un des aviateurs, qui était dans l'avion et qu'une personne avait. Un jour que nous faisions une exposition à Lammerville, quelqu'un nous a amené cette pièce-là, et on a pu retrouver le nom de l'équipage. On a entièrement le nom de tout l'équipage. On a le nom des gens qui les ont recueillis quand ils se sont parachutés et quand ils sont tombés sur le sol. Et ces gens-là, le pilote de l'avion est venu inaugurer la stèle en leur honneur. Voilà ce que je peux vous dire de ça... [05:32] Je peux vous présenter le village du Manoir-sur-Seine : son église qui existait avant la guerre, et plein de photos des abords, du pont du Manoir, l'accès au pont, un regroupement de photos du village, encore l'église, la vie du village... [06:14] Le lavage du linge au bord de l'eau, au bord de la Seine. Le fameux restaurant ou café qui disait "meilleur chez nous qu'en face"... parce qu'en face, c'était la Seine. Un vélo d'époque... [06:52] Le passage d'eau, la ferme du Manoir. Alors le passage d'eau, avec les fermiers qui allaient sur les îles pour récupérer ce qui y était cultivé. Les gens venaient faire boire leurs bêtes le long de la Seine. Des tenues d'époque, avec le pont. Pendant la guerre, le pont qui était gardé par les militaires. Le pont, tel qu'il existait avant. Le Manoir vu en carte moderne, vu reconstruit. Un plan d'ensemble... avec les usines, la nouvelle église. [08:25] "L'agonie du pont de chemin de fer en 1944" : ça ce sont des articles de presse. Voilà ce qu'il restait du village, l'église détruite pendant la guerre. Le pont, détruit. Les enfants. Un commerce. On peut voir que les enfants s'amusaient bien, malgré... [10:02]  Alors le pont détruit, de 1945 jusqu'en 1948, sa reconstruction. Tout ça, c'est par date et par évolution de la déconstruction et de la reconstruction du pont. Pendant un moment, il y avait des trains qui passaient à faible vitesse pou pouvoir garder la liaison malgré que c'était en reconstruction... [11:57] On peut voir que tout est daté, de l'évolution de la reconstruction... 12:46] Là ce sont les piliers... Un morceau du pont qui commençait à s'avancer. [1946] [13:41] Alors on continue les travaux qui ont été faits sur ce pont, morceau par morceau, car il fallait libérer le passage de la Seine et continuer à avoir un passage qui soit reconstitué pour le chemin de fer. Tel que là : les piliers qui sont en réparation et la voie qui est en train de se reconstituer... Ça c'était en 1946, il restait encore deux ans de travaux pour finir le passage. Là, c'est pilier par pilier : les supports qui ont été refaits. Le travail à la main qui se faisait. Les gens n'avaient qu'une brouette et une pelle, ils n'avaient pas les moyens modernes qu'on a maintenant. Les coffrages... Voilà, un petit peu plus avancé. [15:42] Alors l à on redémarre à partir de 1947. Toujours les travaux sur le pont, avec les coffrages qui se faisaient, tout manuellement. C'est impressionnant. Une vue d'ensemble. Encore une autre vue. Des gros plans sur les coffrages. L'aménagement de l'accès. Toujours l'aménagement extérieur. Il y avait du travail sur le pont, et l'accès devait se préparer. [17:49] Ça avance les travaux... Les grands portiques pour pouvoir manipuler. L'accès, avec les voies qui se préparent. Là aussi. Chaque tronçon était amené. [1948] Là on approche de 1948, les gens commencent à travailler sur le pont. On voit que ça s'allonge, on voit le train qui commence à passer également, au ralenti. Les gens regardaient les travaux se faire. Le nouveau viaduc du Manoir, qui a été reconstruit en 1948, le jour de l'inauguration. [19:44] L'avion qui a été retrouvé dans les conditions dans lesquelles il a été retrouvé. On peut voir l'avion qui a été retrouvé le 13 août 1944 : la "Forteresse volante" B17 américaine qui s'est abattue à Lammerville, petit village à une quinzaine de kilomètres de Dieppe. Et c'est avec des amis de Luneray que nous avons pu reconstituer le périple de cet avion Cet avion, il a été touché par DCA allemande et malheureusement, il voulait rentrer en Angleterre, donc il se rapprochait de la côte pour franchir la Manche Malheureusement, il n'a pas u aller jusqu'au bout. On a retrouvé, grâce à la partie centrale de l'avion, qui lui servait de guidage, avec un numéro inscrit dessus. Et nos amis de Luneray ont retrouvé, grâce à toute la bienveillance de chacun, le numéro de l'avion, son escadrille qui est venue bombarder ce pont, et nous avons retrouvé également tous les membres de l'équipage, tout le périple de l'équipage. Nous avons retrouvé le pilote de l'avion. Ce pilote, il est venu inaugurer une stèle qui a été dressée à Lammerville pour la reconnaissance de ce périple. Là j'ai un exemple : c'est l'équipage avant qu'il parte. Alors nous avons fait des expositions et nous avons réuni le pilote de l'avion et également les personnes qui avaient recueilli les aviateurs. La maison forestière où les aviateurs ont été recueillis. Là on voit le pilote de l'avion le jour de l'inauguration de la stèle, avec les amis qui ont permis de faire cette réunion. Une partie de l'expo qu'on avait faite pour montrer au pilote, et on avait profité de ça pour lui montrer les images que je vous ai montrées du pont détruit. il était sidéré. En gros plan, le maquisard, le résistant. Voilà les femmes. Je les ai en photo... voilà : les deux femmes qui ont recueilli le pilote... [23:33] On avait retrouvé un avion qui était venu bombarder le pont du Manoir et qui était tombé en forêt des Damps. Et j'ai des documents là dessus.

[23:43]
Pîtres

J'ai là devant moi un document sur Pîtres. Pîtres, il y a eu les concours de pêche, il y a eu les passages d'eau, il y a eu plein de choses vis-à-vis de la Seine, etc. Les inondations de 1910... Alors Ça, c'est l'embouchure de l'Andelle qui vient se jeter à Pîtres. Le passage, un pont sur l'Andelle. L'administration des écluses.

[24:52]
Les Damps

C'est Les Damps pendant les inondations.C'est la chapelle des Damps pendant les inondations. Le "Rendez-vous des pêcheurs" aux Damps. Le passage d'eau aux Damps.

[25:56]
Pont-de-l'Arche

Je collectionne sur Pont-de-l'Arche pendant la guerre, les ponts, tout ce qui s'est passé... C'est l'ancien pont, où il y avait les moulins.Les lavandières. Le pont en bois, les piliers qui soutiennent le pont. Là, vous allez avoir des photos pendant les travaux. On a même l'église derrière, là, qui situe vraiment que c'est Pont-de-l'Arche. Les coffrages. Le ferraillage...

[29:33]
Igoville

Alors ça, c'était l'usine électrique qui alimentait tout le secteur de Pont-de-l'Arche - Alizay - Igoville. Alors, pendant les inondations de 1910, l'usine électrique inondée et le château de La Sahatte qu'on voit là, qui était là en haut. Alors là, c'était la maison de l'éclusier, qui avait les chevaux pour tracter les bateaux. C'est pendant les inondations également. Une autre vue... Ah, celle-là : c'est là où étaient réparés les bateaux. C'est la seule que j'ai. Et vous avez l'usine de la SICA derrière.

[31:04]
Alizay

On a retrouvé aussi sur Alizay tout un tas de choses, telles que la mairie et l'école détruites pendant la guerre, coupées en deux... L'usine de la SICA, avec des bateaux qui viennent l'approvisionner.

[31:42]
Criquebeuf-sur-Seine et Martot

Ciquebeuf, c'est intéressant : ce sont des gens qui traversaient...

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Alizay
Criquebeuf-sur-Seine
Igoville
Le Manoir-sur-Seine
Les Damps
Martot
Pîtres
Pont-de-l'Arche


Périodes
1900-1914
Seconde Guerre mondiale


Thématiques
Andelle
Crues, inondations
Eure
Guerre
Histoire
Navigation
Ouvrages d'art
Pêche
Vie quotidienne


Voir aussi
Témoignage de Mme Odile LEGRAND, native et habitante d'Igoville ~~ M. Gérard SAILLOT, natif, habitant et ancien maire d'Igoville

Retour  en haut