Témoignage

Mme Rolande LESAGE
ancienne marinière

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:12] Mon nom c'est Madame LESAGE Rolande, je me suis mariée à 23 ans, je suis partie sur un bateau, une péniche en bois que je n'étais pas très rassurée parce que ça craque un peu une péniche en bois.

[00:29]
Une vie de marinière

Et puis c'était le bateau des parents de mon mari, et puis après on a quitté le bateau de bois on a été sur un bateau à 45%. Nous, à 45%, puis on devait payer les peintures en plus des 45%. Donc on a fait ça pendant 6-7 ans, et puis après on a acheté un bateau à nous. J'ai quand même 4 enfants, qu'on a dû mettre en pension dans le Nord puisque mon mari est du Nord, à Douai. Et mon mari me dit : "Tu sais je crois qu'il va falloir racheter un deuxième bateau parce qu'on n'y arrive pas, il faut que tu passes ton permis". Alors j'ai lu, j'ai appris pour être capitaine, et je l'ai fait pendant douze ans, j'ai conduit pendant douze ans. Et puis après j'ai attrapé marre, j’ai dit écoute, j'arrête. C'est très fatigant en plus on partait du canal du Centre chargés de céréales pour Rotterdam, Amsterdam, c'était tous des longs voyages. Et pour moi c'était trop fatiguant, j'ai dit j'écoute on arrête. Donc il a revendu ce bateau-là, et puis je suis avec mon mari depuis là jusqu'à la retraite. Moi je connais tout la Seine, mes parents étaient à l'Union Normande. Ils étaient sur les pétroles. Mais mon père malheureusement il a eu les poumons abîmés par l'essence d'avion quand il ouvrait les dômes pour vider le bateau. À 54 ans il est décédé malheureusement. Tout ça c'est des mauvais souvenirs. Oui on a beaucoup beaucoup voyagé mais comme je vous dis on faisait beaucoup l'étranger, on ne restait pas beaucoup par ici. On l'a fait aussi, mais pas beaucoup. Jusqu'à Le Havre on y a été, vider des céréales aussi du sucre qu'on a changé en sacs, mais c'est vieux ça hein, c'est vieux. Et puis tout au début qu'on était mariés on chargeait du charbon en ce temps-là. Tu sais tous les trucs c'est déjà lointain pour moi. Nous il ne nous est jamais rien arrivé, parce que quand on arrivait plus tôt, mon mari me suivait, c'était soit lui qui était devant moi ou moi qui étais derrière, enfin on a toujours été ensemble. Si c'est déjà arrivé qu'on a dû vider à l'étranger, mais un d'un côté et l'autre de l'autre, alors ça j'aimais pas. C'est dur, avec un fils qui n'avait que 14 ans. Je rentrais les écluses dans le canal du Centre, parce que c'est juste pour un 38 mètres, et je courais devant pour amarrer parce que je ne voulais pas que ça soit mon fils qui s'abîme les mains, il était trop jeune. Et puis j'ai fait ça, tout s'est très bien passé, je n'ai jamais eu de problèmes, jusqu'à la retraite, depuis 23 ans. On a vendu le deuxième bateau pour acheter la maison alors que la maison on a dû encore payer un petit peu après parce que ça coûte cher aussi une maison hein. Et puis on a pris une maison au bord de Seine, pas dans la campagne parce que ça n'a pas été.

[04:24]
Marinière de mère et en fille... et petite-fille

Tout au début que j'ai commencé pour être capitaine quoi, il y avait deux-trois femmes qui le faisaient, marinières comme moi. Ses parents lui ont appris pour être marinier quoi. Maintenant oui, il y en a beaucoup, regardez ma fille, ma petite-fille, elle s'est mariée tout de suite ils ont pris un beau bateau de 110 mètres de long. C'est de père en fils hein. Par contre ma mère c'était une fermière qui habitait en Normandie et moi je suis née en Normandie aussi, et mon père était Breton, de Paimpol dans les Côtes-d'Armor, et mon grand-père était pêcheur d'Islande, il partait six mois à la morue. C'était un métier très dur aussi pour eux hein, plus que nous même. Mais je vous dirais avant c'était des 38 mètres qu'on avait. Maintenant il y a beaucoup beaucoup de gros bateaux, qui font l'export, qui font les containers, comme ma fille, ma petite-fille, elle fait aussi les containers. Elle a 32 ans elle fait les containers maintenant. Ma petite-fille c'est le Matenza qu'elle a comme bateau, et ma fille c'est le Pythagore. Avant elle avait le... Ah ! Je ne sais plus dire le nom, ça m'échappe, ça ne me revient pas. Enfin ils ont revendu ce bateau-là parce qu'ils ne pouvaient pas partir, charger et vider à Port 2000 au Havre, donc ils ont revendu ce bateau-là pour avoir le même bateau sauf qu'il n'avait pas les plans de... comment on appelle ça, de soudage et tout ça du bateau, enfin des papiers conformes et quand ils ont acheté ce bateau, ils lui ont pas donné. Donc ils sont quand même restés longtemps dessus, ils ont revendu le bateau tout de suite en Hollande, et ils en ont refait faire un autre, qu'ils sont dessus maintenant. Et là il peut aller au Port 2000 avec. Parce qu'il gagne un peu plus en allant à Port 2000. Il a été construit pour faire des containers. Enfin par la suite si vraiment il n'y avait plus de containers, ils peuvent faire des tringles allongées, des trucs assez importants quoi. Parce qu'il fait quand même 110 mètres de long le bateau.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
Années 1950
Années 1960
Années 1970
1980 à nos jours


Thématiques
Batellerie


Voir aussi
Témoignage de M. Robert ALLARD, ancien marinier ~~ M. Roger BRISSET, ancien marinier

Témoignage de M. Simon DOURLEN, ancien marinier ~~ M. Kléber PREVOT, ancien marinier ~~ M. Daniel RAVIART, ancien marinier

Témoignage de M. Sylvère LESAGE, ancien batelier

Retour  en haut