Témoignage

M. Jean-Luc GRAECHEN
habitant de Saint-Pierre-du-Vauvray

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:12] Bonjour je m'appelle Jean-Luc GRAECHEN donc j'habite à Saint-Pierre-du-Vauvray depuis 1981, donc ça fait 37 ans, en bordure de Seine, et donc voilà on a acheté cette maison sur un coup de cœur.

[00:25]
Les inondations

On a eu quelques surprises au départ parce que les inondations sont arrivées, mais bon dans l'ensemble sur 37 ans on a été inondés 5 ou 6 fois seulement, ce n’est pas énorme, ça donne quelques inconvénients mais pour nous c'est assez restreint par rapport à certains de mes voisins qui ont été beaucoup plus embêtés que nous. En fait, devant chez-nous, devant chez-moi il y a une digue, la route ça forme une digue, ce qui fait que les inondations n'arrivent pas directement, mais par contre ça arrive parce que la nappe phréatique est juste en-dessous. Donc j'allais dire c'est de l'eau propre qui arrive, donc on est inondés dans la cave mais quand l'eau s'en va il n'y a pratiquement pas de dégâts, il n'y a pas de vas, il n'y a rien, il n'y a pratiquement pas de dégâts, sauf que bon ça endommage un petit peu les murs et tout ça quoi mais sinon, il n'y a pas autant de problèmes que vraiment sur le bord de Seine, où là toute la vase arrive et puis il faut nettoyer après etc. Et les crus bon c'est vrai que ça dépend un petit peu des inondations : l'année dernière on a été inondés on a eu 60 cm d'eau dans les caves donc c'est toujours embêtant, mais bon on n'a pas atteint quand même la crue de la rue principale de 1910 quoi. On voit monter parce qu'on a des repères depuis 37 ans qu'on habite ici, on a des repères donc moi je sais que dans le champ qui est à côté de chez-nous sur le bord de route, dès qu'on voit une flaque d'eau, il faut qu'on commence à s'inquiéter parce que l'eau arrive dans notre jardin directement par le jardin et elle monte très vite hein, ça va très très vite. À partir du moment où il y a un petit peu dans le jardin, le lendemain il y a de l'eau dans la cave.

[02:06]
L'entretien des berges

Donc évidemment, la Seine pour nous c'est important parce qu'on y voit passer les bateaux, moi j'ai fait arranger ma maison de façon à ce qu'on ait une vue directe sur la Seine, et donc effectivement là on voit passer les bateaux, on voit un petit peu ce qui se passe comme navigation et puis surtout on respecte aussi les berges. Je participe au nettoyage de berges tous les ans avec les écoles et les parents d'élèves, ce qui nous donne donc à voir un petit peu quels sont les déchets qui sont rejetés dans la Seine. Ce n’est pas franchement bien brillant, mais bon voilà on essaie de, nous, de nettoyer de façon à ce que les abords de la Seine soient agréables, qu'on puisse s'y promener tranquillement. Alors les déchets ont un petit peu diminué quand même par rapport à ce qu'on avait fait il y a quelques années, mais malgré tout on retrouve des choses qu'on ne devrait pas trouver. Donc beaucoup moins de seringues comme on trouvait auparavant, donc on peut dire que la toxicomanie a un petit peu diminué sur les abords de Seine, je ne dis pas en général mais sur les abords de Seine au moins, mais les abords de Seine ont été aménagés également pour ça, pour qu'il n'y ait pas tous ces passages qu'on avait auparavant. Donc de ce côté-là oui, on constate un petit peu moins de déchets. Par contre après, suivant les inondations, il y a des rejets qui arrivent qu'on est obligés de ramasser donc il y a toutes sortes de problèmes, et puis il y a aussi les gens qui viennent jeter leurs ordures dans les bois aux alentours de la forêt, ça c'est un petit peu lamentable. Il y a plusieurs années, plusieurs dizaines d'années même, il y a eu une opération, provoquée par la gendarmerie, qui consistait à aller chercher les véhicules qui avaient été jetés dans la Seine, donc des véhicules volés bien évidemment, et donc ils ont fait venir du matériel spécifique pour relever les voitures dans la Seine et elles étaient mises côte à côte sur le parking de l'hôtellerie qui est devant chez nous. Et donc on les voyait au fur et à mesure qu'elles étaient remontées, il y en avait 5 ou 6 qui ont été remontées comme ça d'un seul coup, ce qui veut dire qu'il y avait un trafic de vol de voitures et qu'ils venaient les jeter sous le pont de Saint-Pierre. Maintenant ce n'est plus le cas puisque la voie verte a été faite et il y a des barrières, mais auparavant l'accès était beaucoup plus facile sur le chemin de halage, et c'est là que les gens venaient jeter les voitures une fois qu'ils avaient fait leur trafic.

[04:32]
Spectateur de la navigation

Il y a pas mal de trafic sur la Seine, donc les trafics de péniches qui transportent en ce moment beaucoup de containers, on voit les containers remonter sur Paris, et puis les péniches de sable, de cailloux, de charbon. Le charbon on en voit un petit peu moins maintenant. En revanche on voit pratiquement trois, quatre fois par jour des bateaux de croisière qui remontent jusqu'à Honfleur, et ça apparemment, je me suis renseigné un petit peu, ce serait éventuellement des étrangers, des Américains notamment, qui remontent la Seine depuis Paris et qui vont jusqu'à Honfleur. On les voit passer quasiment oui à trois-quatre bateaux par jour qui passent. Là c'est beaucoup plus important qu'auparavant.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
1980 à nos jours


Thématiques
Crues, inondations
Développement durable
Navigation


Voir aussi
Témoignage de M. Jean-Christophe BRESSIS, ancien militaire de la Gendarmerie à la brigade fluviale de Grand-Quevilly

Témoignage de Mme Anne-Sophie de BESSES, chargée de mission à l'agence régionale de l'environnement et présidente de l'association ATLEA (association du temps libre des enfants archépontains)

Témoignage de M. Jean-François DESAINT, propriétaire de l'Hostellerie Saint-Pierre à Saint-Pierre-du-Vauvray

Retour  en haut