Témoignage

M. Jean-François DESAINT
propriétaire de l'Hostellerie Saint-Pierre à Saint-Pierre-du-Vauvray

Vidéo

Afficher la vidéo en basse définition pour les connexions bas débit

Piste audio

Transcription

Cliquez ici pour afficher / masquer le texte

[00:18] Je suis Jean-François DESAINT, je suis le gérant, directeur, enfin tout ce qu'on veut de cet établissement qui est derrière moi qui s'appelle l'Hostellerie Saint-Pierre et qui s'est appelée l'Hostellerie Saint-Pierre quand elle a été refaite dans les années 1970, début des années 1970, voilà. Juste avant, ça appartenait à un certain Monsieur Potier qui a acheté un établissement qui n'était pas du tout comme ça, qui s'arrêtait au plafond du premier étage. Au-dessus il n'y avait rien, et en-dessous vous aviez à peu près ça, où il y a le premier étage, il y a encore un étage au-dessus, voilà c'était coupé là. Lui donc a construit, a conçu, a dessiné la partie plus haute, c'est-à-dire le deuxième et le troisième étage, plus la toiture un peu biscornue qui lui donne beaucoup de charme, et tout ça dans des matériaux plutôt chics, à savoir du zinc, partout où ça l'était, du cuivre, quand c'était possible, ce qui fait qu'aujourd'hui on a quelques problèmes, forcément, quand on remplace du cuivre par du zinc c'est pas bon. On est arrivés ici en 2003, c'est ça oui en mars 2003 on a ouvert avec mon épouse. On venait tous les deux de la chimie, du consultanat, de plein de choses. Et puis un jour on a décidé de placer tous nos actifs dans la même caisse qui était cet hôtel, parce qu'on a eu un coup de foudre quand on l'a vu. On a eu un coup de foudre par son emplacement et puis surtout par ce que vous voyez ici, parce que ça c'est unique dans tout le coin ici, il n'y en a pas deux comme ça. Alors, mais ça fait maintenant 2003-2018/19, ça va faire seize ans, et on ne regrette rien. C'était bien une belle aventure, une belle aventure où, voilà on ne rentre pas dans cet hôtel par hasard.

[03:37]
Le client anglais

Quand on est arrivés ici, plus de 90% c'était des Anglais. On se souvient qu'au tout début, on avait des Anglais qui venaient ici, dont un qui a demandé des nouvelles de l'ancien propriétaire. Alors on l'a appelé, on a pris l'apéritif avec lui le soir, et on a découvert avec stupeur que l'ancien propriétaire pensait que ce client-là venait pour les lieux parce que c'était beau, c'était calme, c'était joli. Or en fait, on a demandé à l'Anglais pourquoi il venait, et lui il a dit, je viens pour fleurir les tombes de mes camarades qui sont enterrés au cimetière de Saint-Pierre. Parce que c'est eux qui ont positionné toutes les bombes sous le pont avant qu'il explose. On n'a jamais su qui l'a fait exploser réellement, mais je peux vous certifier que les bombes ont bien été positionnées par des Anglais. Et ils sont enterrés là-bas hélas, et il nous a simulé, il nous a montré comment les Allemands cachés là-bas dans les maisons, lui ici dans l'hôtel et par-dessus la fenêtre avec son pistolet mitrailleur il mitraillait les maisons d'en face. Et c'était très émouvant, depuis on y va régulièrement là-haut en précisant bien aux habitants de Saint-Pierre que oui les Anglais sont venus.

[05:32]
Le pont de Saint-Pierre-du-Vauvray

Nous avons, avec un ami voisin, reconstitué l'histoire de ce pont qui date de 1925 et qui a été, qui a eu l'avantage d'être record du monde de longueur, battu par un pont qui a été construit dans le Massachusetts et qui depuis ce pont a été détruit, ce qui fait que celui de Saint-Pierre-du-Vauvray re-détient le record du monde. C'est un pont à haubans en béton qui fait l'objet de beaucoup de curiosité de la part des Américains du groupe Freyssinet et qui a fait l'objet de quelques restaurations, d'ailleurs actuellement vous pouvez voir qu'il est en remise en peinture, bouchage rebouchage, et cetera, enfin tout le système complet pour la restauration de ce pont. Il y a une dizaine d'années de ça à peu près les culées de pont étaient refaites pour pouvoir supporter le passage des camions qui forcément à l'époque n'était pas du tout le même passage que maintenant.

[07:35]
Vues anciennes

Voyez regardez : ça ce sont toutes les images qui existaient de l'époque. Il y a même des images d'inondation. Regardez ça, la perspective du pont, et ça c'est le même pont qui s'est écroulé une nuit. Regardez ça c'est le Pont de Saint-Pierre qui s'appuie sur les deux piles antérieures avant la destruction du pont. Ça c'est la maison de François mon copain. Ça c'est la pompe. Il faut savoir qu'ici, dans ce jardin-là, approximativement ici là, juste dans l'axe, il y avait une petite bécane qui était la pompe, on appelait ça la pompe. Et cette pompe servait à alimenter la locomotive en eau. Donc il traversait 400 mètres, et il y avait 400 mètres qui allait fournir de l'eau dans la loco. Donc il y avait un arrêt obligatoire. Ça jusqu'à l'arrivée du diesel qui a lieu dans les années 1960-1970. C'est là qu'il n'y a plus eu d'arrêt. N'ayant plus d'arrêt, et bien cette magnifique petite ville, qui était une ville balnéaire, a disparu. Alors ici il y avait des lavandières, il y avait des pêcheurs, la maison qu'il louait, les parcs, c'était la petite maison qui est là. Ils ont enlevé la pompe, ils ont fait une pseudo allée, un truc un peu arboré, sympa, propre. Là maintenant qu'on va tondre ça va être encore mieux. Et puis en 1970 Monsieur Potier a racheté cet établissement et l'a remis au goût du jour, avec dans sa tête à lui l'approche antérieure qui se rapprochait plus à l'époque d'Agatha Christie que des transports modernes des voies ferrées.

Mots-clés et témoignages associés

En cliquant sur un mot-clé, vous lancez une recherche de celui-ci dans le recueil.

Communes
Saint-Pierre-du-Vauvray


Périodes
Entre-deux guerres
Seconde Guerre mondiale
Années 1970
1980 à nos jours


Thématiques
Architecture, urbanisme
Crues, inondations
Economie, commerce, industrie
Guerre
Ouvrages d'art


Voir aussi
Témoignage de M. Pierre CLEROUT, habitant et ancien maire de Saint-Pierre-du-Vauvray

Témoignage de M. Paul EMAER, habitant d'Herqueville

Témoignage de M. François FERMANEL, historien local, habitant de Saint-Pierre-du-Vauvray

Témoignage de M. Jean-Luc GRAECHEN, habitant de Saint-Pierre-du-Vauvray

Retour  en haut